Circulaire


Niveau de classes

  • prioritairement au cycle 2 (deux séquences d’apprentissage consécutives) ;
  • complémentairement au CM2 pour conforter les apprentissages et favoriser la continuité pédagogique avec le collège ;
  • possible pour des classes de maternelle, quand les conditions le permettent. La possibilité d’organiser des séances pour des classes maternelles ne se fait pas au détriment des classes prioritaires du cycle 2. Les conditions matérielles (type de bassin, vestiaires, surveillance, durée de séance et température de l’eau) doivent être réunies et adaptées.
    « L’enseignant amène les enfants à découvrir leurs possibilités, en proposant des situations qui leur permettent d’explorer et d’étendre (repousser) leurs limites. Il les invite à mettre en jeu des conduites motrices inhabituelles (escalader, se suspendre, ramper…), à développer de nouveaux équilibres (se renverser, rouler, se laisser flotter…), à découvrir des espaces inconnus ou caractérisés par leur incertitude (piscine, patinoire, parc, forêt…).
    Il attire l’attention des enfants sur leur propre sécurité et celle des autres, dans des situations pédagogiques dont le niveau de risque objectif est contrôlé par l’adulte. »
    Avant tout projet natation maternelle, l’enseignant remplira le document d’aide à la prise de décision et l’adressera à l’IEN pour avis.
  • accueil et inclusion des classes ULIS lorsque les conditions le permettent.

Fréquence

  • prévoir trois à quatre séquences d’apprentissage à l’école primaire (de 10 à 12 séances chacune).
  • Le parcours d’apprentissage de l’élève commence, dès le cycle 1, par des moments de découverte et d’exploration du milieu aquatique
    • sous forme de jeux et de parcours organisés à l’aide d’un matériel adapté pour permettre aux élèves d’agir en confiance et en sécurité et construire de nouveaux équilibres (se déplacer, s’immerger, se laisser flotter, etc.).
  • Il se poursuit au cycle 2 par des temps d’enseignement progressif et structuré, afin de permettre la validation des attendus de la fin du cycle (notamment « se déplacer dans l’eau sur une quinzaine de mètres sans appui et après un temps d’immersion »).
  • Au cycle 3, la natation fera l’objet, si possible, d’un enseignement à chaque année du cycle. Une évaluation organisée avant la fin du CM2 permet de favoriser la continuité pédagogique avec le collège et notamment de garantir la validation de l’ASSN (attestation scolaire « savoir nager ») en proposant aux élèves qui en ont besoin les compléments de formation nécessaires.
  • La fréquence, la durée des séances et le temps d’activité dans l’eau sont des éléments déterminants pour assurer la qualité des apprentissages. Dans le cadre d’un cycle d’apprentissage, une séance hebdomadaire est un seuil minimal.

Encadrement

  • Normes :

    • Dans le premier degré, l’encadrement des élèves est assuré par l’enseignant de la classe et des intervenants agréés, professionnels ou bénévoles. Le taux d’encadrement ne peut être inférieur aux valeurs définies dans le tableau ci-dessous.


Responsabilités

La natation scolaire nécessite un encadrement des élèves renforcé ; l’enseignant peut être aidé dans cette tâche par des intervenants agréés, professionnels ou bénévoles. Une convention passée entre le Directeur académique des services départementaux de l’Education nationale (DASEN) et la collectivité territoriale ou la structure responsable de l’établissement de bains précise les modalités du partenariat.

  • Responsabilité des enseignants

    La mission des enseignants est non seulement d’organiser leur enseignement mais aussi d’assurer la sécurité des élèves.
    Pour le premier degré, l’enseignement de la natation est assuré sous la responsabilité de l’enseignant de la classe ou, à défaut, d’un autre enseignant, y compris un professeur d’EPS lorsqu’un projet pédagogique est établi dans le cadre du cycle 3, avec l’appui des équipes de circonscription.
    L’enseignant veille à présenter les enjeux pédagogiques aux intervenants, professionnels ou bénévoles. Il s’assure également que l’organisation générale prévue est connue de tous (intervenants et accompagnateurs de la vie collective) et veille à son respect, tout particulièrement en ce qui concerne la sécurité des élèves.
    La présence de personnels de surveillance et d’encadrement au cours de l’enseignement de la natation ne modifie pas les conditions de mise en jeu de la responsabilité des enseignants.
    En cas de dysfonctionnement ou de mise en danger des élèves, il leur revient d’interrompre la séance.

  • Responsabilité des intervenants professionnels ou bénévoles

    Comme pour les enseignants, la responsabilité d’un intervenant professionnel ou bénévole apportant son concours à l’encadrement des élèves durant le temps scolaire peut être engagée si celui-ci commet une faute qui est à l’origine d’un dommage subi ou causé par un élève. L’article L. 911-4 du code de l’éducation prévoit la substitution de la responsabilité de l’Etat à celle des membres de l’enseignement à l’occasion de dommages subis ou causés par les élèves. Au regard de la jurisprudence actuelle, les intervenants agréés par le DASEN, et qui sont en charge d’une activité sous la responsabilité des enseignants, peuvent bénéficier des mêmes dispositions protectrices.


Réunions statutaires

En début d’année scolaire ou avant chaque période, tout enseignant menant une séquence  d’apprentissage de la natation devra assister à une réunion institutionnelle. La présence de chaque enseignant est obligatoire.
Ce temps de réunion sera inscrit dans le cadre des animations pédagogiques. Cette  réunion  permettra  d’aborder  les  différents  points  relatifs  à  la  sécurité, l’encadrement ainsi que la mise en œuvre de cette activité.

En cas d’impossibilité de vous rendre à une de ces réunions, vous voudrez bien prendre contact avec moi. Un planning est en cours de réalisation.